mercredi 31 janvier 2018

C'était l'époque où j'illustrais Paulo....

Je ne suis pas un enragé de l'orthographe.

J'en accepte la politesse latente, un certain souci de perfection, le signe d'un cerveau qui gère l'incohérence, l'arbitraire et la fantaisie de nos règles avec l'élégance d'un dandy. Ceci étant, je sais que Mademoiselle de Scudéry truffait ses romans-fleuves d'hénaurmes fautes et qu'un bachelier moyen en distille une bonne quarantaine par copie. Mais bon, Pivot n'écrivait-il pas mon nom avec deux "n" alors qu'il avait mon premier roman sous les yeux ? En matière d'orthographe, nous nous berçons tous d'illusions; et le bon Prosper aura joué un vilain tour à la susceptibilité française en donnant aux cuistres l'arrogance du savoir.

Mais heureusement, le web est là !

Hier, un imbécile m'écrivait : " Si vous appartenez à la cathégorie A vous serez parmi les amis de l'autre, celui de la cathégorie B. Bravo , vous ne serez pas tirés au sort mais primés par toute l'équipe de Ace Net World of Paradise." Après le diplôme pivotant de la grande dictée françouaise, voici la prime à la connerie of Paradise. C'est la mode des médailles : chacun veut s'arroger le droit de décorer son prochain. Vous avez gagné ! À la jeune femme qui, au téléphone, m'assurait que j'avais gagné une cuisine, je répondis qu'elle avait gagné trois jours dans ma chambre. Preuve qu'il faut savoir aussi perdre pour sauver sa dignité.

Car entre une orthographe indécise (la mienne) et l'horreur orthographique qui déferle sur le web, il y a un monde : celui qui sépare la négligence de l'insulte. Quand toute une batterie de correcteurs performants complète chaque traitement de texte, on est en droit d'attendre que celui qui vous écrit se préoccupe, au moins, de l'utiliser. Non seulement, il réduira ses oublis, mais implicitement il éliminera cette formule disgracieuse : "Je vous emmerde, je ne me dérange pas pour vous". Bref, ses coquilles n'en seront plus autant de bras d'honneur qui défrisent votre orgueil.

La psychanalyse, qui mène à tout à condition d'en sortir, explique l'errance orthographique de certains adolescents comme une révolte inconsciente à l'égard de leurs parents. Mlle de Scudéry avait-elle été violée par son papa ? L'histoire littéraire n'en dit mot. Mais que voilà une belle révolte qui vient à point ! Désormais, on ne vous insultera plus en écorchant votre nom : on vous parlera de son enfance misérable et de ses affligeants problèmes d'identité.

Quel soulagement !

Paul Carbone

***

Ce texte et cette illustration, retrouvés - par hasard - dans les fins fonds de mon disque dur doit bien friser les 20 ans d'âge. Je ne sais pas si l'ami Paulo est encore actif sur son site, mais les textes, histoires et coups de gueule y sont encore présents. N'hésitez pas à aller y jeter un oeil !.... C'est un délice !

dimanche 21 janvier 2018

Amer Hic y'a !....


" Trump pète c'est sa renommée car il est bien mal embouché " ( P.C.N.C... Tonton Georges )

jeudi 18 janvier 2018

Cocoliztli !...


 Dessin à partir d'originaux d'époque...
Preuve que rottring, et "ligne claire" chère à Hergé ne datent pas d'hier !

dimanche 14 janvier 2018

Shithole cartoon !...

Suite aux propos distingués de l'adorable Trump, je me permets de vous proposer ce coloriage/bidouillage adulte que Kerby m'excusera - j'en suis sûr - d'avoir trafiqué pour la circonstance !..

 Je ne saurais trop vous recommander les couleurs brunes, jaunâtres, caca d'oie... voire merdiques pour votre remplissage !



PS : Vous pouvez agrandir le dessin au format A4 pour impression.... Il n'y a rien à gagner, mais vous pouvez toujours m'envoyer vos réalisations à l'adresse ci-contre.

Trump... l'Ass des Ass !

" Le président américain Donald Trump a posé une colle inhabituelle aux médias du monde entier, tenus de puiser dans leurs lexiques les plus fleuris pour traduire ses propos allégués au sujet des « shithole countries ».

Terme très vulgaire, « shithole » se réfère aux latrines extérieures pour désigner un endroit particulièrement repoussant.

Toute la difficulté pour les traducteurs consiste à reproduire au mieux la grossièreté du langage, mais aussi, parfois, à ménager la sensibilité du public, selon un florilège rapporté par les bureaux de l'AFP.

En français, de nombreux médias, dont l'AFP, ont retenu la formule très crue de « pays de merde », proche du sens littéral et conforme au style souvent sans fioritures de M. Trump, qui a toutefois laissé entendre vendredi ne pas avoir utilisé l'expression incriminée.

Des dictionnaires bilingues comme le Harrap's proposent toutefois des solutions moins grossières, comme « porcherie », « taudis » ou « trou paumé ».

Variations sur le même « terme »

La presse espagnole est à l'unisson de la presse française avec « paises de mierda », des médias grecs introduisant quant à eux une nuance : « pays de chiottes ».

Aux Pays-Bas, le grand quotidien Volkskrant et une bonne partie de la presse néerlandophone esquivent la vulgarité en utilisant le terme « achterlijke », ou « arriéré ».

En Russie, Ria Novosti parle de « trou sale », mais Troud, un journal syndical, va plus loin avec « trou à merde ».

En Italie, le Corriere della Sera avance « merdier » (merdaio), et l'agence tchèque CTK choisit de son côté de parler de « cul du monde ».

La version animalière

Les médias allemands optent souvent pour l'expression « Dreckslöcher », qui peut se traduire par « trous à rats ».

L'allégorie animalière est aussi de mise dans la presse serbe, avec l'expression « vukojebina », à savoir « l'endroit où les loups copulent ».

Les plus polis

En Asie, les médias semblent davantage à la peine pour trouver le mot juste en langue locale, tout en évitant parfois de choquer.

Au Japon, la chaîne NHK a choisi de parler de « pays crasseux », l'agence Jiji utilisant un terme familier, mais pas forcément injurieux pouvant se traduire par « pays ressemblant à des toilettes ».

Les médias chinois se contentent en général de parler de « mauvais pays », évitant de reproduire l'expression originale dans sa grossièreté.

Les poétiques

La version la plus allusive et la plus imagée revient sans conteste à l'agence taïwanaise CNA, qui évoque des « pays où les oiseaux ne pondent pas d'œufs ».


***


Mais tous oublient que dès 1989, Robert Crumb dessinait déjà Donald Trump dans "Amerika" pour les Éditions Cornélius . Un histoire qui n'a malheureusement pas vieilli ! ... Et dont voici quelques extraits :

 

samedi 6 janvier 2018

6 janvier !... Épiphanie

La galette des rois je suis pas contre, mais pour commencer cette nouvelle année par du bonheur, rien ne vaut les bonnes spécialités cévenoles :


 
 
  Et pour le summum de la gastronomie des campagnes profondes, le " Camembert grillé dans sa boite " :


 La recette détaillée de ce dessert 5 étoiles est .... Bon appétit !

vendredi 5 janvier 2018